Plénière 2 – Sécurité et émergence : comment améliorer la sécurité des États et permettre le financement de dynamiques de paix et de reconstruction durables ?

Contexte

La pandémie de COVID-19 ne doit pas occulter les défis auxquels l’Afrique fait face, surtout dans les domaines de la sécurité et de l’émergence économique. La sortie progressive de la crise sanitaire doit s’accompagner d’une réflexion sur les priorités de la relance de l’économie africaine, mais aussi remettre au centre de l’action publique l’indispensable lutte contre toute forme d’insécurité. La sécurité est un préalable à toute politique d’émergence économique.

Il est avéré que sécurité et développement vont de pair. Tous deux demandent une coopération à tous les niveaux, régional, continental et international. Il convient alors de réfléchir en amont sur la période post-COVID qui s’ouvre afin de mieux coordonner les efforts visant à assurer un environnement stable et sûr, propice au développement économique et social.

Or, pour relancer l’activité économique, les ressources budgétaires des États africains sont parfois insuffisantes. Les questions liées à l’aide internationale et à la dette, dans un contexte mondial post-COVID, deviennent donc centrales pour le soutien du diptyque sécurité-développement sur le continent.

Parmi les défis sécuritaires majeurs, la montée de l’extrémisme violent exige une réponse coordonnée qui tient compte des approches locales. La lutte contre les groupes armés appelle des solutions tant dans le domaine capacitaire que politique, dans une logique liant prévention et coercition.

Le contexte sécuritaire est également impacté par la démographie et le changement climatique, qui se traduisent notamment par de fortes tensions entre communautés pour l’accès à l’eau et aux ressources alimentaires. Ce défi est d’autant complexe qu’il induit une démarche holistique alliant approches sécuritaire, politique, sociale et éducative.

Un aspect important à considérer est celui constitué par les ressources marines qui constituent un véritable levier de développement pour les États bénéficiant d’un accès aux mers et océans ; à condition, toutefois, qu’ils soient en mesure de contrôler et de maîtriser leurs espaces maritimes. La lutte contre la piraterie et la pêche illégale exige des moyens de surveillance et d’intervention, et surtout une stratégie multinationale, compte tenu des ressources limitées des États côtiers.

Objectif

Promouvoir le renforcement de la coopération et réorienter le soutien de la communauté internationale vers les objectifs de stabilité, de développement et d’émergence de l’Afrique et proposer des solutions pour le financement des dynamiques de paix, de reconstruction durable, ainsi que de mobilisation et de rationalisation des investissements.

 

Enjeux

  • Promotion de l’approche 3D (Défense, Diplomatie et Développement) dans la prévention et la lutte contre l’instabilité en Afrique.
  • Amélioration du transfert de compétences et des moyens capacitaires dans les pays en crise à travers la coopération sous-régionale, régionale et internationale.
  • Synergies entre les acteurs institutionnels publics et privés, dans le financement de la reconstruction post-COVID 19.
  • Place de l’éducation et de la jeunesse dans la réponse post-COVID
  • Valorisation des mécanismes traditionnels et culturels dans la résolution des défis du continent africain
  • 00

    jours

  • 00

    heures

  • 00

    minutes

  • 00

    secondes

Date

07 Déc 2021

Heure

9h00 - 10h30

Lieu

CICAD

Lieu 2

Diamniadio
Catégorie

Comments are closed.